S’il y a un bien un auteur qu’on ne présente plus, c’est Stephen King. Tout lecteur a sans doute entendu ou vu son nom apparaître au moins une fois. Pour cause, tout au long de sa carrière, il a déjà publié plus de soixante romans et deux cents nouvelles. Une œuvre plus que prolifique qui ne laisse pas indifférent. Stephen King est un des auteurs les plus connus et les plus vendus à travers le monde. C’est un auteur à succès et il n’y a aucun doute là-dessus. Ses livres sont d’ailleurs souvent adaptés au cinéma ou à la télévision. J’ai moi-même découvert l’écrivain tôt avec son roman Ça. Depuis plusieurs années, je continue de suivre son travail de loin en me plongeant de temps en temps dans un de ces romans ou recueils de nouvelles. Après autant de temps passé à découvrir son univers, je me suis rendue compte d’une chose plutôt simple. J’aime autant que je déteste les histoires de Stephen King, un sentiment très ambivalent.

Des intrigues originales, une écriture reconnaissable 

Le gros point fort de l’œuvre de Stephen King réside dans l’originalité de ses intrigues. S’il est surnommé “Le maître de l’horreur”, ce n’est pourtant pas le seul genre dans lequel il opère : fantasy, jeunesse, fantastique et science-fiction sont également ses terrains de jeu. Le plus souvent, il part d’une situation initiale réaliste et réussit à créer une véritable plongée dans l’horreur, peu importe le genre de l’œuvre. Par exemple, sa novella La petite fille qui aimait Tom Gordon part d’une situation relativement banale : une petite fille part en forêt accompagnée de sa famille avant de se perdre. C’est à ce moment-là que l’horreur s’installe insidieusement. J’aime beaucoup les histoires que l’auteur arrive à créer. Les thèmes évoqués sont souvent captivants et bien amenés, ce qui rend les intrigues intéressantes. Pour autant, j’ai régulièrement des difficultés à accrocher avec l’écriture.

Stephen King possède un style d’écriture facilement reconnaissable pour les habitués. Il utilise et maîtrise des techniques narratives toujours très intéressantes à découvrir. Dans Jessie, l’intrigue se construit autour d’un seul et unique personnage. A l’inverse, un grand nombre de ses romans possède une multitude de personnages. Réussir à intéresser un lecteur à une histoire composée d’un seul personnage, ou au contraire, de dizaines, n’est pas toujours une chose facile à mettre en place. Pourtant, peu importe le choix de l’auteur, l’effet est là. En plus de jongler entre les genres, Stephen King sait jouer sur la peur, les émotions, et possède un vrai talent de conteur. Ses histoires sont toujours un plaisir de découverte pour moi, mais son écriture me semble très brute et j’ai parfois du mal à m’y attacher. Lire un roman de l’auteur me demande souvent un effort supplémentaire en comparaison avec mes lectures habituelles, pour rester concentrée sur son écriture. Depuis peu, je découvre ses livres en langue originale et je remarque avoir tout de même davantage de facilité à entrer dans ses histoires. Une expérience à continuer à l’avenir !

Des descriptions précises 

Stephen King aime les descriptions. De mon côté, je suis aussi une grande adepte. J’aime me plonger à cœur perdu dans un univers en me laissant entièrement submergée par les mots et l’auteur maîtrise finement cet aspect de ses livres. Si j’aime les descriptions, je reconnais tout de même avoir du mal avec les intrigues qui traînent parfois en longueur. Sauf que, si Stephen King décrit à merveille les contours de ses histoires, c’est parfois bien long. 

Article lié : Avis lecture – Christine de Stephen King : quand posséder une voiture tourne à l’obsession

L’auteur a le don de créer des personnages parfaitement reconnaissables. Il travaille la psychologie humaine sous tous ses angles pour faire naître des personnages aux contours définis et à l’âme brisée. Si les descriptions m’aident beaucoup à me plonger dans les histoires de l’écrivain, celles-ci prennent parfois du temps à s’installer. Je suis donc souvent partagée durant la lecture de ses romans. J’apprécie découvrir l’univers, mais l’attente est souvent longue pour assister aux scènes avec davantage d’action. 

Des fins de romans frustrantes 

Après avoir découvert déjà une dizaine, si ce n’est plus, livres de Stephen King, je me fais souvent une même réflexion : les fins sont frustrantes. Ce n’est ni positif, ni négatif, mais un constat que je fais avec moi-même. J’ai souvent la sensation que l’histoire que je lis se termine d’une façon inattendue, ou que quelque chose la coupe en son milieu. Là encore, je suis partagée entre le fait d’apprécier cette typologie de dénouement qui laisse souvent une part de mystère, ou à l’inverse, de céder à la frustration du lecteur insatisfait. 

En bref, un auteur dont je ne me lasse pas  

En bref, Stephen King est un auteur que j’apprécie beaucoup pour ce qu’il me permet de vivre et de ressentir à travers son œuvre. A travers ses romans et nouvelles, je suis souvent partagée entre le fait d’apprécier ses particularités d’écriture et de narration et la frustration engendrée par celles-ci. Malgré certains points qui me donnent parfois envie de repousser la lecture d’un de ses livres, je finis toujours par lire une nouvelle de ses histoires. Et je ne pense finalement pas m’arrêter.


Aimez-vous les livres de Stephen King ? Avez-vous une relation particulière avec l’œuvre de l’auteur ?

Si l’article t’a plu, épingle-le sur Pinterest !

4 thoughts on “Mon amour/haine pour les romans de Stephen King”

  1. J’ai vraiment le même avis que toi sur King. J’adore cet écrivain mais il y a des histoires auxquelles j’accroche pas et d’autres que je dévore. Je pense que j’accroche, comme bcp d’ailleurs, à ses romans avant son accident.

    1. Cela me rassure de voir que je ne suis pas la seule à penser ainsi 😊 J’accroche également moins avec certaines histoires qu’avec d’autres. Souvent les histoires les plus récentes d’ailleurs, tout comme toi

  2. Un très bon article ! Je partage ton avis sur Stephen King : moi aussi je suis en admiration devant son talent littéraire, sa capacité d’inventer autant d’histoires complétement différentes, de réussir à chaque fois à m’étonner. En même temps, même si j’aime bien, lorsque je commence ses bouquins, bizarrement je ne les finis pas toujours XD Parfois il y a quelques longueurs et le style n’est pas toujours très facile ! Bref, moi aussi j’aime et je déteste 😀

    1. Je vois que je ne suis pas la seule à avoir ce souci avec les livres de l’auteur, c’est rassurant 😂 Il m’arrive aussi de commencer un roman et le reposer très rapidement car je n’arrive pas du tout à entrer dedans. A l’inverse, il m’arrive de commencer certains livres et de les lire très rapidement. C’est souvent quitte ou double entre Stephen King et moi !

Laisser un commentaire