Si vous suivez ce blog depuis un petit moment, vous avez sans doute remarqué ma (petite) passion pour les livres de Daphné du Maurier. Si j’ai découvert l’autrice à travers ses romans, comme Ma cousine Rachel ou L’Auberge de la Jamaïque, j’avais très envie de poursuivre ma découverte de son œuvre avec un livre un peu différent. C’est donc avec grand plaisir que je me suis lancée dans son recueil Les oiseaux et autres nouvelles pour voir de mes propres yeux la façon dont l’autrice construit des récits plus courts. Sept nouvelles plus tard, je prends conscience que pour la première fois dans ma vie de lectrice, j’ai réussi à aimer chaque nouvelle d’un même recueil.


Résumé de la quatrième de couverture : Au coeur de la nuit, le vent d’est cingle la falaise. Entre deux rafales, des nuées d’oiseaux cognent aux vitres. Mais ce n’est pas la peur qui les précipite avec une telle force vers le monde des hommes…On retrouvera ici – et pas moins terrifiant – le récit qui inspira son chef-d’oeuvre au maître de l’angoisse, Alfred Hitchcock. Dans les autres nouvelles de ce recueil, l’horreur se fait plus insidieuse, le fantastique à peine étranger au réel. Il suffit d’un pommier à forme étrangement humaine, ou d’une ouvreuse de cinéma qu’un jeune mécanicien a envie de suivre après la séance… Et la grande romancière anglaise, auteur de Rebecca et L’Auberge de la Jamaïque, nous entraîne vers le mystère à petits pas, à petites touches, au gré d’une écriture subtile, singulièrement moderne.


Des nouvelles envoûtantes

Les oiseaux et autres nouvelles est un recueil composé de sept histoires à la frontière entre le policier et le fantastique. Daphné du Maurier s’approche de chacun des deux genres de façon subtile et maîtrisée, sans jamais vraiment s’identifier à l’un d’eux. C’est d’ailleurs un point que j’ai beaucoup aimé, les nouvelles se déroulent sous nos yeux de façon délicate et ingénieuse. L’autrice crée ses nouvelles à partir d’un quotidien simple et banal. Elle arrive à partir d’une situation anodine et à distiller en à peine quelques pages assez de suspens pour faire tenir son lecteur jusqu’à la chute.

Oui, répondit le fermier, il y a plus d’oiseaux que d’habitude : moi aussi je l’ai remarqué. Et hardis, avec ça ! Ils se moquent pas mal du tracteur. Une ou deux mouettes sont venues voler si près de ma tête, cet après-midi, que j’ai cru qu’elles allaient m’arracher ma casquette ! A peine si je pouvais voir ce que je faisais quand elles étaient au-dessus de moi ! En plus, j’avais le soleil dans les yeux. J’ai idée que le temps va changer. L’hiver sera dur. C’est ça qui agite les oiseaux. 

Parmi ces sept nouvelles, on retrouve le texte Les oiseaux, très connu grâce à l’adaptation cinématographique réalisée par Hitchcock. Le texte original s’avère très différent du film, même si l’idée de base, à savoir des oiseaux qui commencent à s’en prendre aux humains, reste la même. Dans la nouvelle, on suit Nat, un père de famille qui va tenter de protéger sa femme et ses enfants des attaques d’oiseaux. Dans les pages suivantes, le recueil propose d’autres histoires toutes aussi passionnantes : un pommier à l’étrange forme humaine qui prend place dans un jardin, une ouvreuse de cinéma qu’un jeune mécanicien a envie de suivre après la séance, ou encore un suicide inexpliqué.

Des atmosphères travaillées et une écriture prenante

Les nouvelles sont toutes assez différentes et on retrouve une variété d’ambiances que j’ai beaucoup aimé. Le point fort de Daphné du Maurier est de réussir à créer des atmosphères pesantes et mystérieuses en à peine quelques lignes et chaque nouvelle se différencie des autres à sa manière. L’autrice joue avec les genres et s’approche des frontières du réel, sans jamais vraiment les dépasser. C’est étrange, c’est angoissant, c’est intriguant et c’est surtout très réussi.

Il faut subir soi-même une chose pour qu’elle vous touche. 

J’ai aimé chacune des sept nouvelles et c’est une première pour moi. En général, dans un même recueil, je trouve des nouvelles que j’adore, d’autres que j’aime bien et enfin, certaines qui ne me plaisent pas spécialement. J’ai souvent l’impression que c’est assez aléatoire et pourtant, avec Les oiseaux et autres nouvelles, c’est un sans-faute. Si j’ai préféré certaines nouvelles à d’autres, comme souvent, aucune ne m’a paru en dessous des autres, que ce soit en termes de développement de l’histoire ou d’écriture.

Mes nouvelles préférées sont Mobile inconnu, qui m’a particulièrement touché, Le pommier, une histoire très angoissante sans qu’on arrive à savoir pourquoi, et Les oiseaux, qui a inspiré le célèbre film du même nom de Hitchcock.

En découvrant ce livre de Daphné du Maurier j’ai à nouveau eu le plaisir de retrouver son écriture précise et facile à suivre. En lisant certaines nouvelles, j’ai parfois l’impression qu’une histoire s’arrête en plein milieu. Ici, je me suis laissée emportée par les sept nouvelles, de quelques dizaines de pages chacune, sans jamais ressentir l’impression qu’on me coupait dans mon élan en arrivant à la fin d’une des histoires.

Voyez-vous, une chose qui frappait – et on ne pouvait pas s’empêcher de le remarquer – c’est la façon dont ces deux-là s’aimaient. 

En bref, un recueil de nouvelles parfait

En bref, j’ai adoré découvrir Les oiseaux et autres nouvelles de Daphné du Maurier que j’ai vraiment dévoré. C’est un petit recueil qui se lit facilement et où chaque texte trouve facilement sa place. C’est la première fois que je referme un recueil en ayant aimé chacune des nouvelles que j’ai pu découvrir dedans. Sincèrement, j’aurais dû m’en douter. Je trouve que Daphné du Maurier a une écriture fluide et travaillée. L’atmosphère de chacune de ses histoires est étrange, angoissante et très réussie. Je pense d’ailleurs que ce recueil est une excellente porte d’entrée vers son œuvre et son univers. Si vous souhaitez découvrir Daphné du Maurier, je vous conseillerai sans hésitation de commencer par lire ce recueil !

Pour résumer
 

Connaissez vous Les oiseaux et autres nouvelles de Daphné du Maurier ? Avez-vous envie de lire ce livre ?

Si le livre vous intéresse, vous pouvez le retrouver ici.


Autrice : Daphné du Maurier (britannique) Genres : Fantastique, Policier – Date de publication originale : 1952 – Editions : Le Livre de Poche – Nombre de pages : 445

Si l’article t’a plu, épingle-le sur Pinterest !

Laisser un commentaire