Il y a quelques mois, j’avais repéré la sortie du roman La maison des voix de Donato Carrisi et je vous en avais parlé sur le blog. Je n’avais jamais lu aucun livre de l’auteur, mais ce roman en particulier avait l’apparence d’un thriller psychologique, un genre que j’aime particulièrement. Un peu plus tard, je suis tombée sur la très belle chronique de Chromopixel à son sujet qui m’a donné une nouvelle fois envie de le découvrir. Elle parlait du livre qu’elle a écouté en audio et cela m’a rappelé qu’il serait sans doute temps pour moi de tenter à nouveau l’expérience des livres audio. A force d’en parler régulièrement avec Laëtitia du blog La pomme qui fait du rock, j’étais vraiment intriguée par ce format. La maison des voix était donc le livre parfait pour moi : ma première expérience en livre audio et mon premier livre de Donato Carrisi. Pour tout avouer, j’ai passé un excellent moment à écouter ce livre audio. Ce thriller psychologique est haletant et bien rythmé, je l’ai terminé très rapidement.


Résumé de la quatrième de couverture : Florence, de nos jours. Pietro Gerber est un psychiatre pour enfants, spécialiste de l’hypnose. Il arrive ainsi à extraire la vérité de jeunes patients tourmentés. Un jour, une consœur australienne lui demande de poursuivre la thérapie de sa patiente qui vient d’arriver en Italie. Seul hic, c’est une adulte. Elle s’appelle Hanna Hall et elle est persuadée d’avoir tué son frère pendant son enfance. Intrigué, Gerber accepte mais c’est alors qu’une spirale infernale va s’enclencher : chaque séance d’hypnose révèle plus encore le terrible passé d’Hanna, mais aussi qu’elle en sait beaucoup trop sur la vie de Gerber. Et si Hanna Hall était venue le délivrer de ses propres démons ?


Psychiatrie et hypnose

La maison des voix débute à Florence, de nos jours, où Pietro Gerber exerce comme psychiatre pour enfants spécialisé dans l’hypnose. C’est un métier passionnant qui lui permet de venir en aide à de jeunes victimes et à les comprendre. Un jour, une psychiatre d’Australie lui demande de prendre en charge une de ses patientes fraîchement débarquée en Italie. Hanna Hall, une adulte persuadée d’avoir assassinée son frère pendant son enfance.

Pour un enfant, la famille est l’endroit le plus sûr au monde, ou bien le plus dangereux.

Donato Carrisi est un auteur très connu que j’ai déjà vu un peu partout, notamment grâce à son roman Le Chuchoteur. Jusqu’à présent, je n’avais jamais eu l’occasion de le découvrir jusqu’à ce que je me lance dans la lecture audio de La maison des voix. Le livre audio est lu par Sylvain Agaësse et j’ai tout de suite accroché. J’ai tété emportée par l’histoire qui est très bien ficelée. Les séances d’hypnose s’enchaînent et Hanna Hall nous plonge dans son passé grâce à Pietro Gerber qui la guide dans cet exercice. Chaque fin de chapitre donne toujours envie d’en savoir plus. Au départ, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre. Je me suis lancée dans ce thriller psychologique un peu à l’aveuglette sans rien connaître de l’intrigue. J’ai été agréablement surprise lorsque j’ai vu la direction que prenait le récit. Le passé de Hanna Hall commence à se confondre avec le présent de Pietro Gerber, au point de brouiller tout ce que l’on pensait savoir depuis le début. Les destins se lient et se délient et Donato Carrisi le met très bien en scène.

Un roman très bien rythmé

Dans La maison des voix, je ne me suis pas particulièrement attachée aux personnages. J’étais avant tout prise par l’intrigue et ses nombreux mystères plutôt que par Hanna et Pietro. Le rythme du roman m’a vraiment tenu en haleine du début à la fin et le dénouement est d’ailleurs difficilement prévisible. J’ai écouté ce livre audio en moins de quelques jours et je n’ai pas vu les heures passer. Dès les premiers chapitres, le narrateur nous entraîne dans une quête de questions/réponses qui n’aura de fin que lorsque la dernière page sera tournée. Le passé et le présent se mélangent au cours de l’histoire et rapidement, tout n’est qu’un grand mystère à résoudre, une quête pour trouver la clé qui éclaircira toute l’énigme.

Si tu veux vivre, tu dois apprendre à mourir.

En bref, une bonne lecture

En bref, j’ai passé un très bon moment lors de mon écoute du livre audio La maison des voix de Donato Carrisi. Lors de cette lecture, je me suis rendu compte que j’apprécierai vraiment ce format, je vous en reparlerai d’ailleurs sans doute prochainement sur le blog. Ce thriller psychologique est très bien construit et c’est ce qui fait sa force. Dès le début, on sent que quelque chose nous échappe sans pouvoir mettre le doigt dessus. Il faut attendre la fin du roman pour qu’enfin tout prenne sens et j’ai beaucoup aimé cette construction. Le passé et le présent s’entremêlent et les destins d’Hanna Hall et de Pietro Gerber se rencontrent pour former une histoire que l’on prend plaisir à découvrir.

Pour résumer
Notation lecture étoile vide du blog Parlons fiction blog littéraire et culturelNotation lecture étoile vide du blog Parlons fiction blog littéraire et culturel

Connaissez-vous Donato Carrisi ? 

Si le livre vous intéresse, vous pouvez le retrouver ici ou en version audio .


Auteur : Donato Carrisi (italien) Genre : Thriller psychologique – Date de publication : 2020 – Editions : Calmann-Lévy / Audiolib – Nombre de pages : 304 / 7h50 d’écoute

Si l’article t’a plu, épingle-le sur Pinterest !

2 thoughts on “Chronique – La maison des voix de Donato Carrisi : une histoire à suspens”

  1. Surement un de mes auteurs préférés. Je n’ai jamais écouté un livre audio aussi rapidement, j’avais constamment besoin de connaitre la suite et d’enchainer les chapitres. Je suis contente que ça t’ai plu aussi 😉

Laisser un commentaire