Certains livres attendent longtemps dans un coin de notre tête avant d’être découverts. C’est mon cas ici avec The Silent Companions de Laura Purcell. J’ai entendu parler pour la première fois de ce roman sur la chaîne YouTube Le livre Ouvert et depuis, il était dans ma wishlist. Quelques années plus tard, je prends enfin le temps de le découvrir. Sur la couverture, plusieurs citations définissent le roman comme une histoire gothique « creepy ». Il est d’ailleurs comparé aux fameux Rebecca de Daphné du Maurier, La dame en noir de Susan Hill et Le tour d’écrou de Henry James. Autant de références qui ont tout de suite captées mon attention. Si j’ai passé un bon moment de lecture en compagnie de ce livre, je dois tout de même avouer qu’à mes yeux, il s’éloigne de ces trois œuvres.

Avant-propos : The Silent Companions de Laura Purcell est un roman que j’ai lu dans sa version originale, en anglais. À l’heure actuelle, il n’a encore jamais été traduit en français.


Résumé de la quatrième de couverture (VO) : Newly married, newly widowed Elsie is sent to see out her pregnancy at her late husband’s crumbling country estate, The Bridge. With her new servants resentful and the local villagers actively hostile, Elsie only has her husband’s awkward cousin for company. Or so she thinks. For inside her new home lies a locked room, and beyond that door lies a two-hundred-year-old diary and a deeply unsettling painted wooden figure – a Silent Companion – that bears a striking resemblance to Elsie herself…


Welcome to: The Bridge

Dans The Silent Companions, on part à la rencontre d’Elsie qui vient de perdre son mari. Veuve et enceinte, elle décide de se retirer de la capitale londonienne pour vivre sa grossesse paisiblement dans le domaine dont elle vient d’hériter, The Bridge. À ses côtés, Sarah, la cousine de son ex-mari, vient lui tenir compagnie en ces jours plutôt sombres. Très rapidement, Elsie entend des bruits très étranges dans cette impressionnante maison. Peu de temps après, elle tombe nez à nez avec des tableaux ressemblant de près à des sculptures : les « Silent Companions ». Des tableaux qui ne semblaient pas être là à son arrivée. D’ailleurs, ils commencent même à lui donner l’impression de la poursuivre dans chaque recoin de la maison…

Back again to the same three options. Say nothing and be presumed guilty. Destination: the gallows. Say nothing and, by some miracle, be acquitted. Destination: the cold, sharp world outside, no medecine to help her forget.

Only one choice remained – the truth. But what was that? 

J’ai passé un très bon moment en découvrant cette histoire. J’avoue m’être lancée dedans sans trop me souvenir du résumé de quatrième de couverture et j’ai bien fait. Lorsqu’il s’agit de mystère, moins on en sait et plus on prend plaisir à être surpris au fil de la lecture. Avec The Silent Companions je dois avouer avoir été agréablement surprise, tant sur le contenu de l’intrigue que par la forme de la narration.

Une intrigue originale et bien construite

Si ce roman m’intéressait, c’est avant tout parce qu’il s’agit d’une histoire gothique comme dans The Haunting of Hill House de Shirley Jackson. Ce genre est un de mes préférés. The Silent Companions propose une histoire terriblement gothique et très bien travaillée. Tous les éléments sont présents et assemblés d’une façon particulièrement intelligente : un grand manoir austère, un deuil pesant sur les personnages, un mystère qui semble s’épaissir de chapitre en chapitre et des moments de lente horreur. Tout en s’accrochant au genre gothique, Laura Purcell propose une histoire originale et surtout, très bien construite !

There was no doubt in her mind now: she was not mad. Something was coming for her, as surely as the tide inching up the shore. But it would not come quickly. No. They enjoyed making her run. 

Le gros point fort de The Silent Companions est, sans hésitation, l’intrigue et la narration. Laura Purcell a construit son histoire de façon à faire accrocher le lecteur à l’intrigue dès les premiers chapitres. Elle joue sur la narration entre les chapitres : le présent, le passé proche et le journal intime d’une ancêtre qui vivait à The Bridge. Cette construction a été, de mon point de vue, la parfaite idée pour présenter cette histoire. On est tout de suite pris dans le mystère des Silent Companions : est-ce qu’Elsie imagine ce qu’elle semble être la seule à voir ? L’intrigue et la narration, toutes deux très bien travaillées, permettent de tisser une histoire captivante.

Une atmosphère gothique peu exploitée

Si la narration m’a beaucoup plu, j’avoue tout de même que deux aspects m’ont un peu déçu. Tout d’abord, j’ai trouvé que l’atmosphère du roman ne s’apparentait pas vraiment au genre gothique. Je n’ai pas retrouvé d’ambiance pesante ou étouffante comme le présentaient les citations sur la couverture : les descriptions et l’atmosphère étaient un peu laissées de côté. Ensuite, je ne me suis pas attachée aux personnages. Cela m’a un peu dérangé pour être réellement emportée par l’histoire. Pour autant, je tiens à préciser que le personnage de Sarah a été pour moi un des mieux construits, notamment en raison de son évolution.

Elsie nodded. She did not ask what Sarah meant by alone. No one was truly alone. Not ever, not in this house. 

En bref, une jolie découverte

En bref, j’ai passé un bon moment à la lecture The Silent Companions de Laura Purcell. Le livre est particulièrement bien construit et contient beaucoup de bonnes idées très bien organisées. Je suis ravie d’avoir pu le découvrir, c’est un roman gothique qui prend une certaine indépendance par rapport au genre. Pour autant, je reste un peu sur ma faim de ne pas avoir vu un développement plus important de l’atmosphère, un élément essentiel à mes yeux dans ce type d’histoire. Concernant la fin, j’avoue l’avoir deviné avant les derniers chapitres, mais je l’ai trouvé bien trouvée. The Silent Companions est une histoire qui prend racine entre l’horreur d’un passé oublié et l’instabilité psychologique de son personnage principal : une très belle découverte.

Pour résumer

 Notation lecture étoile vide du blog Parlons fiction blog littéraire et culturelNotation lecture étoile vide du blog Parlons fiction blog littéraire et culturel

Connaissez-vous Laura Purcell ? Êtes-vous curieux de découvrir The Silent Companions ?


Autrice : Laura Purcell (britannique) Genres : Gothique, Fantastique – Date de publication originale : 2017 – Editions : Raven Books – Nombre de pages : 364

Si l’article t’a plu, épingle-le sur Pinterest !

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *