Rare sont les personnes qui ne connaissent pas les grandes lignes de l’histoire de Jurassic Park. Il faut dire que l’adaptation de Steven Spielberg en film y a joué pour beaucoup. Que ce soit la course-poursuite du T-Rex, la mort d’un personnage ou la partie de cache-cache avec les vélociraptors, certaines scènes restent gravées dans la mémoire. Il y a quelques mois, j’ai découvert que Jurassic Park était à l’origine un livre de Michael Crichton. Une belle surprise pour moi. Celle-ci fut d’ailleurs d’autant plus belle une fois le livre refermé ! Michael Crichton offre dans son roman une véritable plongée dans l’aventure, la découverte, l’effroi et l’épouvante. J’ai littéralement adoré ma lecture.


Résumé de la quatrième de couverture : Isla Nublar. L’armée doit venir « faire le ménage ». Le programme dont cette île est le théâtre avait pourtant tout du paradis scientifique : un immense complexe naturel où s’ébattent, aux yeux de tous, les plus féroces sauriens du Jurassique, génétiquement ramenés à la vie…Quelques jours avant le chaos, le paléontologue Alan Grant et Ian Malcolm, mathématicien de renom, embarquent pour ce bout de terre perdu au large du Pacifique. Bientôt, le petit groupe invité par le créateur du parc doit se rendre à l’évidence : au cœur d’une jungle primitive et hostile, l’être humain n’est plus l’espèce dominante, mais la proie…


Une intrigue qui tient en haleine du début à la fin

Dans Jurassic Park, on suit la découverte de l’île du milliardaire Hammond par un petit groupe de scientifiques venus s’assurer de la sécurité du parc en train d’être construit. Et pas n’importe quel parc ! Un parc à dinosaures. Avec les évolutions de la manipulation génétique, beaucoup d’argent et un brin de folie, Hammond a réussi à recréer plusieurs espèces de dinosaures qu’il souhaite exposer dans son parc. Bien évidemment, tout ne va pas se dérouler exactement comme prévu et les choses vont rapidement, mal tourner.

Tous les changements d’importance sont comme la mort. On ne peut voir ce qu’il y a de l’autre côté avant d’y être arrivé. 

Autant être directe : l’intrigue de ce roman est extrêmement bien menée du début à la fin. On ne s’ennuie pas une seule seconde. Le début de Jurassic Park s’attarde sur la découverte des dinosaures, leur création grâce à la manipulation génétique, les doutes des investisseurs dans le projet, etc. Cela permet réellement de comprendre ce qui va être expliqué par la suite et de donner une réelle profondeur et une explication rationnelle à l’existence de ces dinosaures. L’action ne tarde ensuite pas à arriver… et elle ne s’arrête pas ! Scène après scène, chapitre après chapitre, Michael Crichton joue avec l’émerveillement du lecteur face aux créatures tout comme avec sa curiosité. Le suspens ne manque pas, les chapitres courts se tournent tout seuls et la fin est vite arrivée.

Pour celles et ceux qui auraient vu le film et ont peur de s’ennuyer avec le livre, sachez que ce n’est pas le cas. Le film est finalement bien plus édulcoré. Ici, les dinosaures poursuivent, attaquent, et croquent. Certaines scènes sont bien plus violentes. Les fans du film ne seront donc pas déçus avec ce livre : seules quelques scènes mythiques sont réellement présentes. L’histoire prend sinon un autre tournant, et c’était un vrai plaisir de découvrir toutes ces (grandes) différences !

Jurassic Park et la vulgarisation scientifique

Jurassic Park de Michael Crichton met en avant l’aspect très scientifique de l’histoire. Cette vulgarisation est très bien expliquée et donc, abordable. C’est d’ailleurs un des points qui m’a le plus charmé. J’ai adoré comprendre la création en laboratoire des dinosaures, mais également la théorie du chaos avancée par le personnage Ian Malcolm. Avec cette théorie, le mathématicien explique qu’il est impossible de prévoir le comportement d’un système dont on ne connaît pas les conditions initiales. Autrement dit, il est impossible de prévoir le comportement de dinosaures gardés en captivité quand aucun homme sur Terre n’en a jamais rencontré.

Du côté des personnages, comme pour le film, Ian Malcolm reste de loin mon préféré. J’adore ses explications scientifiques, ses prises et paroles et sa façon d’agir. Finalement, la plupart des personnages restent, bien que bien construits, assez peu creusés. Pourtant, cela ne gêne en rien le récit. Les dinosaures sont bien évidemment au centre de l’histoire. Le roman est crescendo, et après la découverte et l’émerveillement face aux nouvelles espèces recréés, apparaît très vide un désenchantement et une course-poursuite très stressante à travers la jungle du Jurassique.

Mais aujourd’hui, reprit-il, la science est devenue à son tour un credo vieux de plusieurs siècles. Comme le système médiéval, elle commence à ne plus être adaptée au monde. Son pouvoir s’est tellement étendu que ses limites pratiques commencent à devenir manifestes. En grande partie grâce à elle, nous sommes des milliards à vivre sur une petite planète surpeuplée. Mais la science ne peut nous aider à décider ce que nous allons faire de cette planète et comment nous allons y vivre. La science nous permet de construire un réacteur nucléaire et de fabriquer des pesticides, mais elle ne peut pas nous empêcher de les utiliser. Et il semble que notre petite planète commence à être dangereusement polluée – aussi bien l’eau que la terre – à cause de cette même science, de plus en plus difficile à maîtriser. Je pense que c’est évident pour tout le monde, ajouta-t-il dans un soupir. 

Entre réflexion, suspens et terreur

Si ce roman m’a autant plu, ce n’est pas simplement pour le rythme, les dinosaures ou encore l’aspect scientifique. J’ai aussi grandement apprécié le lot de réflexions que l’auteur glissait tout au long du récit. Je m’attendais à un thriller, et c’est ce que j’ai eu. Mais un thriller servi avec son lot de réflexions sur la vie, la place de l’homme par rapport à la planète et le rôle de la science vis-à-vis de la nature, ce que j’ai adoré. Jurassic Park ne s’arrête pas seulement à une histoire de dinosaures qui sèment la terreur, mais offre également quelques pistes de réflexions pour le lecteur.

En bref, un excellent thriller de Michael Crichton

En bref, Jurassic Park de Michael Crichton fut une excellente lecture ! J’ai adoré découvrir cet univers. Je ne me suis pas lassé un seul instant de l’intrigue, qui est extrêmement bien construite et rythmée. L’action du livre ne laisse pas de côté toute une partie de réflexion sur le rôle de la science et de l’homme face à la nature, et chaque personnage apporte sa pierre à l’édifice. Une lecture que je conseille à tous les fans du film du même nom, car le livre s’éloigne au fur et à mesure assez rapidement de l’adaptation. Je le conseille aussi à tous les lecteurs curieux qui veulent en apprendre plus sur les dinosaures ! L’histoire se poursuit d’ailleurs dans un second tome, intitulé Le monde perdu, que j’ai déjà commencé à dévorer.

Pour résumer

 

Avez-vous déjà lu Jurassic Park ? Avez-vous déjà vu l’adaptation de Spielberg ?


Auteur : Michael Crichton (américain) Genres : Thriller, Science-fiction – Date de publication originale : 1990 – Editions : Robert Laffont – Nombre de pages : 434

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *