Le vampire est une créature plus que connue dans l’imaginaire littéraire. Pourtant, elle n’a pas toujours été représentée par des vampires adolescents amoureux d’une humaine comme on peut en croiser dans Twilight ou Vampire Diaries. A l’origine, le vampire est une créature horrifique et assoiffée de sang qui s’en prend aux humains sans faire aucune distinction. Mais alors, comment a-t-on pu passer de ces monstres sanguinaires à des êtres en proie à des émotions purement humaines ? Une réponse : Anne Rice.

En 1976, Anne Rice publie le premier roman d’une série de 12 tomes qu’elle continue encore d’écrire à l’heure actuelle : Entretien avec un vampire. Avec elle, tout le mythe vampirique va être réinventé, réinterprété et la complexité des vampires et de l’immortalité va prendre une toute autre dimension. J’avais très envie de découvrir ce chef d’œuvre littéraire, point central dans l’évolution des vampires au sein de l’imaginaire collectif, et je n’ai qu’une chose à dire : lisez-le.


Résumé de la quatrième de couverture : À San Francisco, un journaliste se fait approcher une nuit par un homme se prétendant être un vampire et disposé à lui livrer l’histoire de sa « vie ». Jeune propriétaire terrien vivant en Louisiane à la fin du XVIIIe siècle, Louis est un homme dépressif rongé par la culpabilité depuis la mort de ses proches. Un soir, il est approché par Lestat, une puissante créature, qui le transforme en vampire. Mais Louis n’accepte pas cette nouvelle condition et refuse de tuer des humains pour survivre. Après quelques années de vie commune sur la plantation de Louis, les deux vampires quittent la Louisiane pour échapper à une révolte d’esclaves ayant percé leur vraie nature. Ils s’installent alors à la Nouvelle-Orléans où Louis se met à imaginer sa vie loin de Lestat qu’il déteste. 


Des personnages profondément humains dans leur inhumanité

Le point fort de ce roman est sans une once d’hésitation ses personnages. Ici, on va suivre dans les années 1990 aux Etats-Unis Louis, un vampire, qui raconte son histoire à un jeune journaliste. À travers lui, on va découvrir sa vie, humaine mais surtout vampire, les rencontres qui l’ont façonné mais aussi et surtout les nombreux tourments et incompréhensions d’un vampire qui a su garder une part de son humanité.

Louis est un personnage que j’ai littéralement adoré. Au premier abord, il peut paraître difficile à appréhender et à comprendre. Il peut paraître passif mais très vite, on prend conscience de la complexité de son personnage. À travers ses yeux, on va découvrir d’autres personnages tout aussi forts comme Lestat, son créateur. Au sein de ce couple on retrouve une opposition totale de la conception de vampire et de la vision de l’immortalité. Tandis que l’un s’amuse de sa condition, l’autre la subit en en cherchant le sens. Le coup de maître d’Anne Rice est de réussir à faire transparaître dans ce tableau toute l’humanité de ses personnages sans cœur, victimes de l’immortalité. Car c’est de cela qu’il s’agit, un cadeau empoisonné. Anne Rice revisite le mythe du vampire en le présentant sous tous ses angles : à la fois créature magique aux dons si particuliers et être déchu victime d’une malédiction le forçant à ôter chaque nuit la vie d’un homme.

Même l’enfer qui est le nôtre doit avoir son aristocratie.

Entretien avec un vampire, entre réflexions anthropologiques et philosophiques

J’ai adoré suivre le récit de Louis. Dans son roman, l’autrice n’a pas seulement réussi à redonner une seconde vie aux créatures de la nuit mais, elle a donnée vie à quelque chose de nouveau avec une profondeur inédite. En tournant les pages, on constate rapidement que ce n’est pas simplement une histoire de vampires mais aussi et surtout un véritable recueil de réflexions autant psychologiques que philosophiques. Des questionnements sur la vie, sur l’Homme, sur le bien et le mal mais aussi sur l’existence de Dieu. Anne Rice a le don de disséminer à travers la parole de ses personnages des points de vue très différents qui sont chacun de réelles réflexions philosophiques et anthropologiques sur l’homme et sa condition. Un pur plaisir de lecture qui, tout en divertissant, ne peut que donner matière à réfléchir.

 

Anne Rice et son style d’écriture envoûtant

L’écriture d’Anne Rice est tout simplement remarquable. Elle sait parfaitement se marier à la personnalité de chacun des personnages, tantôt douce et mélancolique, réflexive, tantôt froide et brutale. Un style particulier, très reconnaissable, qui enrichi à merveille cette magnifique histoire faîte d’amour, de haine, de fascination et de malédiction.

Car, si dieu n’existe pas, nous sommes les créatures pourvues du plus haut degré de conscience de l’univers. Nous sommes les seuls à comprendre le passage du temps et la valeur de chaque minute de chaque vie humaine. Et ce qui constitue le mal, le véritable mal, c’est de prendre une seule vie humaine. Que l’homme dont nous prenons la vie ait été destiné à mourir le lendemain, ou le surlendemain, à mourir de toute façon…, cela ne compte pas. Parce que, si Dieu n’existe pas, cette vie…, chaque seconde de cette vie…, c’est notre seule richesse. 

En bref, un coup de cœur phénoménal

Cette histoire a su sans aucun problème m’emporter à travers les siècles découvrir le monde à travers les yeux d’un être pourtant très différent de moi-même. Avec Entretien avec un vampire, Anne Rice a su créer un renouveau incroyable du mythe du vampire littéraire. Une invitation à la réflexion qui bouillonne au rythme des pages qui se tournent et des personnages qui se rencontrent. Un livre qui contient des émotions fortes d’amour et de haine, d’espoir et d’envie. En bref, une ode à la vie humaine à travers ceux qui n’en n’ont plus.

Pour résumer

Coup de coeur Parlons fiction blog littéraire et culturel

Et vous, avec vous déjà lu Entretien avec un vampire ou un autre livre d’Anne Rice ? Qu’en avez-vous pensé ?


Autrice : Anne Rice (américaine) – Genre : Fantastique – Date de publication originale : 1976 – Editions : Pocket – Nombre de pages : 448

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *