Les sept morts d’Evelyn Hardcastle de Stuart Turton est un roman dont la couverture ou le titre vous est peut-être familier. Pour cause, ce livre a fait un bon bout de chemin sur Internet, divisant souvent les lecteurs entre fans ravis de leur découverte et personnes déçues de l’œuvre. Une chose est sûre, ce roman est un petit concentré d’originalité qui nourrit un certain nombre de discussions. Depuis sa sortie en version originale, ce roman m’intriguait. Son résumé m’avait tout de suite plu et c’est quelques années plus tard que je prends enfin le temps de me plonger dedans. Et quel voyage ! Les sept morts d’Evelyn Hardcastle est un livre singulier qui m’aura fait tourner les pages à vitesse grand V.


Résumé de la quatrième de couverture : Ce soir à 23 heures, Evelyn Hardcastle va être assassinée. Qui, dans cette luxueuse demeure anglaise, a intérêt à la tuer ? Aiden Bishop a quelques heures pour trouver l’identité de l’assassin et empêcher le meurtre. Tant qu’il n’est pas parvenu à ses fins, il est condamné à revivre sans cesse la même journée. Celle de la mort d’Evelyn Hardcastle.


Une plongée dans l’inconnu

Aimeriez-vous revivre sans cesse la même journée ? C’est ce que vit Aiden, bien que personne ne lui a demandé son avis. Sans souvenir de son passé, il est condamné à revivre encore et encore les mêmes scènes, à rencontrer les mêmes personnes et à effectuer les mêmes actions. Petite particularité tout de même, cette journée se termine toujours par un meurtre, celui d’Evelyn Hardcastle. Pour sortir de cette boucle temporelle, une seule solution : découvrir le coupable.

À quel point faut-il être perdu pour laisser le diable vous indiquer votre chemin ? 

Avec un résumé pareil, j’avais envie de découvrir ce livre. La couverture est particulièrement réussie et annonce tout de suite la couleur : une intrigue pesante autour d’un manoir aux multiples facettes. L’histoire commence in medias res, au cœur de l’action. Pas de temps à perdre avec Stuart Turton, l’intrigue n’attend pas. On se réveille aux côtés du personnage principal, sans comprendre, comme lui, qui il est et où il se trouve. C’est d’ailleurs une des forces du livre Les sept morts d’Evelyn Hardcastle : l’auteur nous met au même niveau que son protagoniste. Nous découvrons tout à ses côtés, en même temps que lui. Nous sommes sur un pied d’égalité et nous menons l’enquête avec lui.

Un roman particulier

Les sept morts d’Evelyn Hardcastle est un livre très particulier et c’est ce que j’ai adoré. Je ne me suis pas particulièrement attachée aux personnages. Pour moi, l’essence même de ce roman réside dans sa construction minutieusement réfléchie. Au premier abord, on pourrait craindre que revivre sans cesse la même journée devienne très vite lassant et redondant. C’était, je l’avoue, ma peur en débutant ce livre. L’auteur devait en avoir conscience, car si les jours se répètent, la construction de l’histoire les distingue bien les uns des autres. Je ne me suis pas ennuyée une seconde et au contraire, plus j’avançais dans l’histoire, plus je tournais les pages de façon frénétique.

La richesse empoissonne les âmes et mes parents sont riches depuis très longtemps – comme la plupart des invités qui seront à cette fête, ajoute-t-elle. Leurs bonnes manières sont un masque, vous feriez bien de vous en souvenir. 

Ce roman est unique en son genre. Sous forme d’un Cluedo géant, l’auteur nous entraîne à sa suite dans un monde où demi-vérités et faux semblants se côtoient. Personne n’est ce qu’il paraît être. Au départ, réussir à percevoir le rôle de chacun est quasi impossible et les pièces du puzzle s’assemblent au fil des chapitres. Les sept morts d’Evelyn Hardcastle a fait bouillonner mon cerveau et je me suis tout de suite prise au jeu. Je cherchais moi aussi à résoudre l’enquête, à comprendre qui était Aiden, pourquoi il existait une boucle temporelle et qui était responsable du meurtre d’Evelyn. Plus j’avançais dans l’histoire, plus des brides d’éléments semblaient s’assembler. Je lisais de plus en plus vite, sans vouloir m’arrêter, pour me rendre compte un peu plus tard que si je possédais bien certaines pièces du puzzle, je ne les avais peut-être pas aussi bien agencées que je le croyais.

En bref, une histoire originale

En bref, Les sept morts d’Evelyn Hardcastle de Stuart Turton est un petit bijou de construction. L’auteur maîtrise à merveille son intrigue du début à la fin. Je ne me suis pas ennuyé une seule seconde et le livre a fait fonctionner mes méninges à plein régime. J’ai tout de suite été happée par le mystère de l’intrigue qui s’épaissit toujours plus. Lorsque l’on pense avoir compris quelque chose, on se rend compte que ce n’est qu’une pièce parmi tant d’autres sur un échiquier géant que l’on ne visualise qu’en partie. C’est une lecture dont je me souviendrai encore longtemps, un condensé d’originalité.

Pour résumer
 Notation lecture étoile vide du blog Parlons fiction blog littéraire et culturel

Couverture du roman Les sept morts d'Evelyn Hardcastle de Stuart Turton

Avez-vous déjà lu Les sept morts d’Evelyn Hardcastle de Stuart Turton ? Avez-vous envie de le découvrir ?

Si le livre vous intéresse, vous pouvez le retrouver ici.


Auteur : Stuart Turton (anglais) Genres : Policier, Mystère, Fantastique – Date de publication originale : 2018 – Editions : 10/18 – Nombre de pages : 600

Si l’article t’a plu, épingle-le sur Pinterest !

4 thoughts on “Chronique – Les sept morts d’Evelyn Hardcastle de Stuart Turton : un chef d’œuvre de construction”

  1. Merci pour cette découverte (j’ai ajouté la liste à ma wishlist Amazon)
    Intéressant comment un principe déjà-vu en fiction (Groundhog day, etc.) peut être réutilisé à bon escient 🙂

    1. Oui, le principe est un déjà-vu, mais finement exploité dans ce livre 😊 On voit tout de suite que la construction a été murement réfléchie. Je suis contente de t’avoir donné envie de le lire !

  2. Je le vois passer depuis un bout de temps, mais finalement les avis sont assez mitigés, alors je n’ai osé sauter le pas. Malgré tout son coté Cluedo géant m’intrigue énormément et avec cette boucle temporelle qui se répète ça attise ma curiosité. Je vais le chercher en occasion il sera parfait à lire pour l’automne ! Je fais confiance à tes gouts 😉

    1. Je pense que c’est une lecture parfaite pour l’automne ! Une fois lu, je comprends pourquoi les avis sont mitigés. C’est un livre où est la réflexion est de mise et il faut être accroché pour suivre la construction de l’histoire, mais c’est vraiment réussi et original 😊

Laisser un commentaire