Après de nombreuses années à en entendre parler un peu partout, et après avoir regardé de nombreux films, plus ou moins bons, inspirés du roman, je me suis enfin lancée à la découverte de La planète des singes de Pierre Boulle. J’ai d’ailleurs appris, en faisant quelques recherches, que ce roman a été publié en 1963 ! Je ne pensais pas que ce livre de science-fiction français avait été publié aussi tôt. Quoiqu’il en soit, j’ai dévoré ce roman en moins de deux jours et sincèrement, j’ai adoré. J’ai été impressionnée par le rythme si bien mené, par l’enchaînement quasi parfait de chaque événement et évidemment, par toute la réflexion qui se cache derrière ce petit livre de deux cents pages.


Résumé de la quatrième de couverture : Y a-t-il des êtres humains ailleurs que dans notre galaxie ? C’est la question que se posent le professeur Antelle, Arthur Levain, son second, et le journaliste Ulysse Mérou, lorsque, de leur vaisseau spatial, ils observent le paysage d’une planète proche de Bételgeuse : on aperçoit des villes, des routes curieusement semblables à celles de notre Terre. Après s’y être posés, les trois hommes découvrent que la planète est habitée par des singes. Ceux-ci s’emparent d’Ulysse Mérou et se livrent sur lui à des expériences. Il faudra que le journaliste fasse, devant les singes, la preuve de son humanité.


Une histoire d’aventure et de découverte

Pour résumer rapidement l’histoire, on va suivre au début du roman une petite équipe d’explorateurs, dont le journaliste Ulysse Mérou, qui part à la découverte d’une nouvelle planète. Cette planète ressemble étrangement à la nôtre, mais à la place d’humains doués d’intelligence, on y trouve des singes. Pire que cela, sur cette planète, se sont les humains les animaux. Le journaliste Ulysse Mérou va alors tenter de se faire comprendre par les singes et de prouver son humanité. Ce synopsis est un peu court, mais il n’en faut pas plus pour entrer dans l’histoire. Les chapitres du livre sont d’ailleurs très courts aussi, ce qui permet d’insuffler un très bon rythme au roman et d’avancer très rapidement sans pour autant se lasser un seul instant. La planète des singes est très bien construit, on découvre avec Ulysse cette nouvelle planète, on suit ses réflexions et son cheminement intellectuel tout au long de sa prise de conscience sur ce qui l’entoure, sur qui il est, mais aussi sur comment il se définit en tant qu’Homme.

Ce qui nous arrive était prévisible. Une paresse cérébrale s’est emparée de nous. Plus de livres ; les romans policiers sont même devenus une fatigue intellectuelle trop grande. Plus de jeux ; des réussites, à la rigueur. Même le cinéma enfantin ne nous tente plus. Pendant ce temps, les singes méditent en silence. Leur cerveau se développe dans la réflexion solitaire… et ils parlent.

La planète des singes : une invitation à la réflexion

Le gros point fort de ce récit de science-fiction est sans conteste pour moi toute la réflexion qu’il entraîne avec lui. Qu’il s’agisse de la condition animale, de la notion d’humanité, de discrimination ou de ségrégation, ce court récit amène à se poser de nombreuses questions. L’aspect anthropologique de La planète des singes est d’ailleurs très bien creusé. En se basant sur la théorie de l’évolution de Darwin, il démontre comment l’évolution peut plus ou moins être interprétée différemment selon le point de vue. Un aspect scientifique est donc bien présent dans cette histoire, mais rien d’insurmontable pour les personnes qui ne s’y connaissent que très peu ! La construction du roman permet réellement de suivre aisément, au fur et à mesure, chaque nouvel élément qui y est amené. De plus, l’histoire devient captivante très rapidement. L’avenir incertain des protagonistes me poussait, sans arrêt, à vouloir lire encore un chapitre de plus.

Quel sort est plus pitoyable que la vie dans une cage ?

J’avais déjà entendu parler de la fin de cette histoire, que je pensais donc déjà connaître. Et pourtant, en lisant le roman, j’ai découvert qu’en vérité je n’en connaissais qu’une partie ! La fin m’a vraiment surprise et n’a fait que me convaincre sur la qualité de ce livre. J’ai adoré ma lecture que je n’ai pas pu lâcher un seul instant, et la fin n’a fait que renforcer mon sentiment d’avoir découvert un livre à la fois divertissant et drôlement intelligent.

Un roman intelligent et divertissant

En bref, La planète des singes de Pierre Boulle est un savant mélange d’aventure, de science-fiction et de réflexion. On y retrouve un monde qui paraît certes un peu différent, mais qui pourtant vient habilement souligner le nôtre et les différents vices que l’on peut y trouver. C’est un divertissement intelligent qui m’a fait passer un excellent moment et que je pense ne jamais oublier (et même relire à l’occasion). Si vous avez envie de passer un bon moment en compagnie d’un roman français qui vous fera voyager mais aussi réfléchir, n’hésitez pas.

Pour résumer

 

La planète des singes de Pierre Boulle couverture blog Parlons fiction

Avez-vous déjà lu La planète des singes de Pierre Boulle ? Qu’en avez-vous pensé ?


Auteur: Pierre Boulle (français) – Genre : Science-fiction – Date de publication originale : 1963 – Editions : Pocket – Nombre de pages : 192

Partager

5 thoughts on “Chronique – La planète des singes de Pierre Boulle : de la science-fiction à la française qui invite à la réflexion”

  1. Je ne l’ai pas lu mais ça me donne bien envie :). J’ai bien aimé les films. Mon mari est un passionné de primates et s’émerveille de tout ce que les singes peuvent faire :D…et au vu de tout ce qu’il raconte, ça ne m’étonnerait pas qu’un jour ce roman se réalise x)

    1. Il y a eu beaucoup de films autour de cette histoire, j’en ai beaucoup aimé certains… et d’autres pas du tout ! En tout cas, si le roman t’intéresse tu peux foncer les yeux fermés, il se lit très vite et l’histoire est vraiment passionnante 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *