Quoi de mieux que l’enfance pour donner le goût de la lecture ? Chaque parcours de lecteur est différent, chaque expérience unique et nous possédons tous une histoire particulière avec l’apprentissage de la lecture. À  mes yeux, la littérature jeunesse est d’une richesse incroyable et est une chance pour chaque enfant de découvrir un nouveau monde et peut-être, un certain goût pour la lecture. En plus de développer sa connaissance de la langue, les livres jeunesses lui permettent d’en apprendre plus sur lui-même et de faire travailler sa créativité et son imagination afin de fabriquer de lui-même, par la suite, ses propres histoires. Aujourd’hui, j’avais envie de faire un bond dans le passé et de revenir sur les cinq lectures qui ont marqué mon enfance !

 

La potion magique de Georges Bouillon de Roald Dahl (1981)

Résumé : La plupart des grands-mères sont d’adorables vieilles dames, gentilles et serviables. Hélas, ce n’est pas le cas de la grand-mère de Georges ! Grincheuse, égoïste, elle ressemble à une sorcière et elle a des goûts bizarres : elle aime se régaler de limaces, de chenilles… Un jour, alors qu’elle vient une fois de plus de le terroriser, Georges décide de lui préparer une potion magique. Une potion aux effets surprenants … et durables !

Roald Dahl est un écrivain qu’on ne présente plus ! Cet auteur britannique, spécialiste de la littérature jeunesse est, entre autres, à l’origine de Charlie et la chocolaterie, Sacrées Sorcières, Matilda et Le Bon Gros Géant, pour ne citer qu’eux. La potion magique de Georges Bouillon est le premier roman de l’auteur que j’ai eu la chance de découvrir par hasard, et qui a tout de suite réussi à happer ma curiosité ! Avec des longues énumérations d’objets et d’ingrédients en tous genres, cette histoire farfelue a littéralement réussi à capter mon intention. Par la suite, j’ai pris un immense plaisir à découvrir plus en détails l’œuvre de Roald Dahl mais, La potion magique de Georges Bouillon est pour moi un livre qui m’a marqué en me faisant découvrir qu’il existait, en effet, des livres qu’on prenait plaisir à lire.

 

La rivière à l’envers (Tome 1 – Tomek) de Jean-Claude Mourlevat (2000)

Résumé : « Ainsi vous avez tout dans votre magasin ? demanda la jeune fille. Vraiment tout ? » Tomek se trouva un peu embarrassé : « Oui… enfin tout le nécessaire… » « Alors, dit la petite voix fragile, alors vous aurez peut-être de l’eau de la rivière Qjar ? » Tomek ignorait ce qu’était cette eau, et la jeune fille le vit bien : « C’est l’eau qui empêche de mourir, vous ne le saviez pas ? »

Il s’agit là, sans aucun doute, du plus gros coup de cœur de mon enfance. La rivière à l’envers de Jean-Claude Mourlevat se découpe en deux tomes. Les deux livres racontent la même histoire, mais sous le point de vue d’un personnage différent. Si le tome deux m’a toujours laissé de marbre, le tome 1 intitulé Tomek a fait changer ma vision de la lecture ! Dans cette histoire, on retrouve le jeune Tomek qui possède un magasin dans lequel on trouve tout ce que l’on cherche. Tout, sauf l’eau de la rivière à l’envers. Tomek va donc décider de partir à l’aventure pour dénicher lui-même cette eau aux propriétés extraordinaires. Il s’agit là du premier roman qui a littéralement réussi à m’embarquer dans un univers de fantasy en me faisant parcourir le monde aux côtés de son personnage principal. Un voyage onirique absolument fabuleux dont je me souviens encore dix ans après. Une pépite de la littérature jeunesse tout simplement.

 

Le garçon en pyjama rayé de John Boyne (2006)

Résumé : Berlin 1942. Bruno a 9 ans, et vit avec ses parents et sa sœur dans une belle maison. Son père, un officier nazi, vient d’avoir une promotion et ils déménagent hors de Berlin. Bruno est triste de se retrouver loin de tout, dans une lugubre maison. De sa fenêtre, il peut voir des silhouettes d’hommes, de femmes et d’enfants, tous vêtus de pyjamas rayés. Personne ne veut lui expliquer qui ils sont.

Dans un tout autre registre, je tenais à faire figurer Le garçon en pyjama rayé de John Boyne dans ce top. Il a marqué mon enfance, mais d’une façon tout autre que les romans précédents. Ici, l’histoire prend place pendant la Seconde Guerre mondiale et l’on va suivre un enfant, Bruno, fils d’un officier nazi, qui tente de comprendre qui sont les personnes en pyjama rayé qu’il aperçoit au loin dans des camps. C’est un roman historique, jeunesse, qui m’a permis de prendre conscience de l’importance de l’Histoire, de notre histoire. Attention tout de même, il s’agit d’un roman jeunesse certes, mais aussi et surtout d’un drame historique. L’écriture de John Boyne m’avait permis d’entrer très facilement dans l’intrigue et la fin du livre a laissé une trace indélébile à jamais dans mon cœur.

 

Le journal intime de Georgia Nicolson de Louise Rennison (1999)

Résumé : Georgia Nicolson a 14 ans et trouve que sa vie est un enfer ! Son chat se prend pour un rottweiler, son père voudrait aller vivre en Nouvelle-Zélande, sa mère porte des jupes trop courtes pour son âge, sa meilleure amie ne perd pas une occasion de lui casser le moral et le garçon le plus canon du quartier sort avec une cruche aux oreilles décollées au lieu de comprendre que Georgia est la femme de sa vie. Enfin, s’il n’y avait que ça, elle pourrait survivre, mais il y a cette chose gigantesque au milieu de son visage : son nez !

Je ne pouvais pas parler des romans qui m’ont le plus marqué dans mon enfance sans évoquer la fameuse saga Le journal intime de Georgia Nicolson de Louise Rennison. En dix tomes, tous plus hilarants les uns que les autres, l’autrice nous présente le personnage de Georgia Nicolson, jeune adolescente en proie aux problèmes de son temps : ses parents totalement tarés, sa petite sœur reine des catastrophes, sa bande d’amis avec laquelle elle met au point des stratagèmes afin d’attirer les garçons qui lui plaisent, et j’en passe. Avec un résumé très bref tel que celui-ci, on pourrait croire qu’il s’agit avant tout de l’histoire banale de la vie adolescente, mais c’est justement ici que s’insère le génie de Louise Rennison ! Avec elle, le quotidien entier de Georgia devient une aventure et un combat, un éclat de rire permanent et un défilé de personnages tous plus attachants les uns que les autres. Une saga jeunesse/adolescente que j’espère bien relire prochainement, dès que je mettrai la main sur la collection au complet !

 

Harry Potter à l’école des sorciers de J.K. Rowling (1997)

Résumé : Le jour de ses onze ans, Harry Potter, un orphelin élevé par un oncle et une tante qui le détestent, voit son existence bouleversée. Un géant vient le chercher pour l’emmener à Poudlard, une école de sorcellerie ! Voler en balai, jeter des sorts, combattre les trolls : Harry Potter se révèle un sorcier doué. Mais un mystère entoure sa naissance et l’effroyable V…, le mage dont personne n’ose prononcer le nom.

Peut-on réellement parler littérature jeunesse sans citer Harry Potter à l’école des sorciers de J.K. Rowling ? Il s’agit d’un livre dont j’entendais beaucoup parler autour de moi lorsque j’étais enfant, et je ne compte plus le nombre de fois où j’ai lu et relu ce premier tome. Pourtant, il aura fallu que j’attende quelques années et que je grandisse un peu pour engloutir la série tout entière.

 

 

BONUS

Les dix petits nègres d’Agatha Christie (1939)

Résumé : Il se passe quelque chose d’anormal. Les dix personnes conviées sur l’île du Nègre en ont la certitude. Pourquoi leur hôte est-il absent ? Soudain, une voix s’élève, accusant d’un crime chaque invité. Commence alors une ronde mortelle, rythmée par les couplets d’une étrange comptine…

Alors oui, je sais, Les dix petits nègres d’Agatha Christie est avant tout un roman policier et non un roman jeunesse. Cependant, ce roman fut publié dans différentes éditions destinées aux enfants et c’est de cette façon que j’ai découvert cette œuvre. Et quelle découverte ! Il s’agissait du premier roman policier que je lisais et j’ai été littéralement emportée par l’histoire et par le mystère qui était si pesant et dont, pourtant, je ne trouvais pas la solution. Plusieurs années plus tard, je l’ai relu. Et le constat est frappant : j’adore toujours autant.

 

Voilà pour un petit récapitulatif des meilleures lectures de mon enfance ! Et vous, quels livres ont réussi à vous marquer lorsque vous étiez enfant ?

Partager

4 thoughts on “Le top 5 des livres de mon enfance”

  1. C’est chouette de voir les livres qui t’ont marqué. Pour moi il y a presque tous les livres Roald Dahl ! Je les ai lu vraiment plusieurs fois. Il y a aussi un autre livre qui parlait de rat, cetait des sorte en clan qui faisait la guerre, mais je ne me rappelle plus du tout du titre, et comme je l’avais emprunté à la bibliothèque, je ne l’ai pas. Mais je l’avais dévoré je me rappelle encore l’avoir lu avec ma lampe torche sous ma couette alors que c’etait l’heure de dormir !

    1. La plupart des livres de Roald Dahl m’ont marqué ! Mais je me voyais mal faire un top avec seulement des romans de cet auteur :p J’ai donc préféré mettre en avant le roman qui m’a permis de le découvrir. Sinon j’ai aussi adoré Matilda !
      C’est dommage que tu ne te souviennes plus du nom du livre avec les rats ! Mais l’important reste encore tes souvenirs qui y sont liés 🙂

  2. Harry Potter fait aussi partie des livres qui ont marqué mon enfance.
    Je me souviens avoir lu les trois premiers tomes en quelques semaines et avoir attendu avec impatience la sortie des tomes suivants.

    1. Harry Potter a véritablement accompagné l’enfance et l’adolescence de beaucoup de lecteurs. J’adore cette série 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *