Un de mes films animés préférés est sans hésitation Le Château ambulant de Hayao Miyazaki, produit par les studios Ghibli. Comme souvent, avant que naisse le film, il y avait un livre. J’ai toujours voulu le découvrir et remonter à l’origine de cette fabuleuse histoire sortie tout droit d’un conte. Si le livre n’était plus édité depuis plusieurs années en France, et presque introuvable à la vente, Ynnis Editions a pris la décision de le republier. L’occasion parfaite pour enfin me plonger dans Le Château de Hurle de Diana Wynne Jones et partir à la rencontre de l’histoire originale. Ce fut également l’occasion de faire ma première lecture commune avec Laëtitia du blog lapommequifaitdurock.fr et d’échanger nos impressions tout au long de notre lecture.


Résumé de la quatrième de couverture : Au cœur de la contrée magique d’Ingarie, la jeune Sophie s’est résignée à un avenir morne dans sa petite chapellerie de quartier. Mais lorsqu’elle a le malheur d’offusquer la sorcière des Steppes, celle-ci lui dérobe 60 ans de sa vie, la laissant vieille et démunie. Cherchant désespérément un moyen de briser le sortilège, Sophie rejoindra alors l’équipe haute en couleur du grand mage Hurle. C’est au sein de son mystérieux château ambulant qu’elle se retrouvera à pactiser avec le malicieux démon de feu Calcifer. C’est une aventure extraordinaire à la recherche de sa jeunesse volée qui commence alors pour Sophie, prête à reprendre en main son destin…


Un roman dense et divertissant

Le Château de Hurle de Diana Wynne Jones est le premier tome d’une trilogie dont la suite devrait normalement être publiée par la même maison d’édition. Dans ce premier livre, on part à la rencontre de Sophie, une jeune chapelière à qui la vie n’a malheureusement pas promis grand-chose… pour l’instant. Sans le savoir, la jeune fille va se créer une ennemie redoutable : la sorcière des Steppes. Cette dernière va lui voler plusieurs dizaines années de sa vie et la transformer en vieille femme de 90 ans. Sophie va alors fuir le plus rapidement possible, loin de chez elle, pour que personne ne la voit. C’est pendant son exil qu’elle rencontrera le mage Hurle et son château ambulant.

Si le début du roman est assez similaire au film, on remarque tout de même facilement des différences ici et là dès les premières pages. Les personnages sont plus nombreux, décrits d’une toute autre façon et leurs relations sont plus complexes. À partir de la moitié du roman, l’intrigue devient plus dense, l’histoire s’étoffe et le tout s’éloigne de plus en plus du film. Le film a une intrigue bien plus simplifiée. C’est d’ailleurs un point que j’ai beaucoup aimé : découvrir une histoire où les enjeux, les mystères et les lignes directrices se croisent et se mêlent les uns aux autres. Le Château de Hurle offre une véritable aventure dans un monde imaginaire, en compagnie de personnages très originaux.

Sophie s’attarda un moment à contempler le paysage des collines qui défilait lentement, la bruyère qui glissait sous le seuil. Le vent soufflait dans ses fines mèches de cheveux blancs. Elle écouta grincer et gronder les énormes moellons noirs du château en mouvement. Puis, elle referma la porte et se posta à la fenêtre. Et elle revit l’image du port de mer. Ce n’était pas une image de papier. Juste en face, une femme avait ouvert sa porte et balayait la poussière dans la rue.

Des personnages originaux

Dans ce roman jeunesse, les personnages occupent une place aussi importante que l’univers. Ils sont tous différents et très particuliers. Mon personnage préféré est, comme dans l’adaptation en film, le démon du feu Calcifer. Cette petite créature, qui est pourtant très redoutable, possède une répartie que j’aime particulièrement.

Le personnage principal, Sophie, est assez plaisant à suivre. On découvre les codes de ce monde magique à travers ses yeux et sa vieillesse prématurée lui donne une certaine témérité qu’elle n’hésite pas à utiliser.  Hurle est, je trouve, plus compliqué à comprendre. J’ai eu du mal à le cerner et à réellement l’apprécier. Par ailleurs, la relation entre ces deux personnages m’a un poil déçue. Je m’attendais à quelque chose de plus creusé.

Un univers travaillé

Le gros point fort du roman Le Château de Hurle est son univers que je trouve assez réussi. Il fait rêver et l’image du château ambulant y est pour beaucoup. Il s’agit d’un vrai conte imaginaire qui aide à se déconnecter de la réalité le temps de quelques pages.

Le style de l’autrice est fluide et le roman se lit très rapidement. Il faut dire que la mise en page de la maison d’édition, qui propose un texte écrit en gros caractères et de larges marges, y est pour beaucoup. On ne s’ennuie pas, on trouve de l’action à chaque page et les chapitres, très courts, s’enchaînent rapidement.

Je n’ai jamais compris pourquoi les gens accordent tant d’importance au naturel.

Un roman parfois difficile à suivre

Si Le Château de Hurle de Diana Wynne Jones est un roman divertissant, il m’a un peu perdue par endroits. L’action s’enchaîne si rapidement que j’ai parfois perdu le fil de l’histoire. Il m’est arrivé de relire certains passages deux fois sans être très sûre de les avoir bien compris. J’ai vite été rassurée quand j’ai appris que c’était aussi le cas pour Laëtitia. Quelques chapitres sont difficiles à suivre et s’enchaînent très (voire trop ?) vite.

Le dénouement m’a lui aussi paru un peu trop rapide. La fin arrive très vite et j’ai eu l’impression d’être coupée dans l’élan de l’histoire. Tous les nœuds de l’intrigue, plutôt nombreux, se dénouent ensemble et d’un seul coup. Cette fin m’a donc paru peut-être un peu trop facile. Je n’ai d’ailleurs pas vraiment apprécié la façon dont la relation entre les deux personnages principaux était amenée.

En bref, une lecture divertissante

En bref, Le Château de Hurle de Diana Wynne Jones est un roman jeunesse qui se lit très rapidement et se présente comme un conte. Son grand nombre de rebondissements le rend très divertissant et on ne s’ennuie pas. Sa densité d’action m’a d’ailleurs parfois un peu égarée et je ne suis pas sûre d’avoir toujours compris tous les événements. Si la fin m’a semblé bien trop rapide, ce roman reste une bonne lecture et j’ai été très heureuse de le découvrir. Il s’agit du premier tome d’une trilogie, dont les deux tomes suivant devraient être publiés par la même maison d’édition. Je suis d’ailleurs curieuse de savoir de quoi ils parleront, étant donné que la fin du premier livre n’appelle pas réellement à une suite. Affaire à suivre…

Pour résumer

Notation lecture étoile vide du blog Parlons fiction blog littéraire et culturelNotation lecture étoile vide du blog Parlons fiction blog littéraire et culturel

Le château de Hurle Diana Wynne Jones couverture blog littéraire Parlons fiction

Connaissez-vous Le Château de Hurle de Diana Wynne Jones ? L’avez-vous déjà lu ?


Autrice : Diana Wynne Jones (britannique) Genres : Jeunesse, Fantastique – Date de publication originale : 1986 – Editions : Ynnis Editions – Nombre de pages : 384

Épingle-moi sur Pinterest !

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *